Le décodage biologique, une clé de l’origine des maladies

Le décodage biologique, une clé de l’origine des maladies

Tout traumatisme psychologique, qu’il soit important ou minime, va rester dans la mémoire de nos cellules. Notre biologie va inscrire notre histoire au sein de nos cellules. Au fur et à mesure de nos années, notre corps devient les archives de notre vie et de nos souvenirs passés.
Nos émotions vont être intimement liées à notre système de croyances.
Au fur et à mesure des consultations j’ai été bien obligé de me rendre à l’évidence : Les émotions sont à la base de tout, la joie et le bonheur ne sont à l’évidence pas un bon terreau pour les maladies au contraire elles en sont plutôt un antidote.
La peur (de loin la plus destructrice) et ensuite la honte, le mépris, la tristesse, la colère et la culpabilité sont toujours impliqués dans les origines des maladies.

épigénétique

Le déclenchement de la maladie

Toute maladie va se déclencher à un instant précis.
À un instant précis, une et ensuite plusieurs cellules vont changer de comportement, de mode d’action. Ce changement va être impulsé par un virus, une bactérie, ou une mycose.
Tous nos problèmes physiologiques ont à la base une action microbienne que ce soit une grippe, une angine, un cancer ou une banale tendinite, tous ces micro-organismes sont nos alliés à vie, les virus vont faire muter nos gènes en permanence au fur et à mesure de nos expériences de vie, mais ils vont aussi nous confronter en permanence pour vérifier notre axe de vie.
Cet instant précis où tout bascule est un des points clés de la consultation, que s’est-il passé avant ?  De quoi ce basculement est-il le témoin ? Quel est son message ?

Si on obéit aux lois ontologiques, je veux dire par là, les lois guidées par l’amour de soi et l’amour aux autres ; Notre corps nous laissera relativement tranquille, je dis relativement car nos mémoires d’enfance sont toujours présentes et toujours prêtes à se rappeler à nous.

Je trouve la phrase de Françoise SAGAN très pertinente en ce sens.

« On ne sait jamais ce que le passé nous réserve » 

Au contraire si notre vie est guidée par la recherche du pouvoir, de l’argent, du contrôle des autres… notre corps va nous rappeler à l’ordre, par une maladie voire un accident.
Chaque maladie est une occasion d’une élévation de conscience et de questionnement.
Je dois me demander:
Ai-je vraiment la vie que je désire ?
Ai-je vraiment la vie dont je rêvais quand j’étais enfant ?
Suis-je vraiment dans ma ligne de vie ?
Qui gouverne ma vie aujourd’hui ?
Suis-je vraiment le maitre de ma vie ?
Ai-je vraiment choisi mon exercice professionnel ?
Suis-je sur terre pour me rendre meilleur jours après jours ?
Etc…etc…

Les émotions au centre de tout !

Tout problème émotionnel va engendrer des conséquences.
Dans l’enfance, nous devons tous nous adapter sans cesse pour survivre et être aimé.
Pour cela il nous faut faire des compromis vécus plus ou moins facilement, ces compromis-là peuvent laisser des blessures et ces dernières vont s’incarner au cœur de nos cellules et de nos gènes
Au fur et à mesure de notre vie, nos gènes vont être influencés par nos expériences et  nos souffrances.
Les virus vont jouer ce rôle-là, ils vont faire muter nos gênes tout au long de notre vie. Les gênes sont les témoins et les archives de nos expériences de vie (l’épigénétique).

Nos expériences de vie se retrouvent également dans nos iris.
l’iris est une somatotopie, à l’instar des pieds, des mains et des oreilles, c’est-à-dire qu’en eux tous les organes et les parties du corps sont représentés symboliquement.

Le décodage biologique

Le décodage biologique, ou le bio-décodage ou la biologie totale (au canada) tentent de rechercher les origines de nos maladies dans notre histoire et surtout comment les avons-nous vécues ?
Le décodage biologique n’est pas une science, car les caractéristiques d’une science s’appuient sur des résultats fiables, renouvelables à l’infini avec les mêmes critères de départ. Le décodage biologique est une démarche basée sur l’humain et sur ses ressentis, donc aucune loi ne peut en être étayée.
Chaque organe dans l’organisme va avoir sa propre fonction biologique et symbolique, le rôle essentiel du foie est de filtrer le sang, mais il va aussi nous parler de manque ou de colère. Il en va ainsi de tous nos organes.

La logique du symptôme

Pour le décodage biologique le symptôme n’est pas un problème : C’est une solution. Pour ma part, je préfère parler d’opportunité, car si on considère que c’est une solution, on aboutit nulle part et on a vite  fait de mourir guérit : Tout le chemin reste à faire. La maladie n’est pas une fin en soi.
Il faut en comprendre le sens, la raison de sa manifestation et son message. Toute maladie nous offre l’opportunité de rejoindre notre axe de vie. Toute maladie va venir nous chuchoter à l’oreille, « tu ne vas pas bien, mais comme tu n’en a pas conscience ou tu ne veux pas le voir je viens te rappeler à l’ordre. »

« Où en es-tu aujourd’hui ? »
« Es-tu vraiment heureux aujourd’hui ? »
« Fais-tu les bons choix aujourd’hui pour toi ? »

Ou alors elle va venir vous demander : « ce traumatisme que tu as eu dans le passé, as-tu réussi à le dépasser ? à en tirer les conséquences ? »

Nos microbes

Nos microbes vont venir nous interroger également sur le sens profond de notre vie, ils vont nous poser trois questions :

« Qui es-tu ? »
« Que fais-tu ? »
« Où vas-tu ? »

Les microbes sont à l’origine de la vie sur terre: Ce sont eux qui ont créé l’atmosphère.
Ils sont à l’origine des végétaux, des touts premiers organismes sur terre en commençant par la paramécie ensuite la vie s’est complexifiée, et pour aller vite, par les poissons, les reptiles, les oiseaux , les mammifères, et enfin nous, qui sommes au sommet de l’évolution.

Nous avons aujourd’hui un corps humain qui est une pure merveille, et cette pure merveille a été créé par les microbes, comment peut-on croire une seule seconde qu’ils pourraient être nos ennemis ?
Je sais que l’ère pasteurienne a essayé de nous faire croire le contraire.
Depuis ce temps-là les antibiotiques avec leur puissance de feu, nous ont évités pendant des décennies de nous poser la question du sens de la maladie.
Aujourd’hui nous sommes tous face à cet échec, depuis deux bonnes décennies  (voire trois) se pose la question de la résistance aux antibiotiques.
Aujourd’hui, plus que jamais on doit s’orienter sur le sens des choses, et mettre de la compréhension sur tout ce qui nous arrive. Aujourd’hui la compréhension des maladies a fait un bond spectaculaire, initié par S Freud, J Lacan, E Bach, C Yung R Hammer et bien d’autres.

Ce qu’il nous faut retenir c’est que nos émotions conditionnent nos pensées, donc nos décisions, donc nos actes, donc notre vie.

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal
J’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience
Que j’aurai atteint si j’avais moi-même résolu
Ce que ce mal devait m’apprendre
Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience
Après m’avoir retiré mon mal
Il me vole l’outil de ma croissance
Que peut être cette maladie

Yvan AMAR

Les commentaires sont désactivés